Pour qui marcher ?

Protéger son environnement pour protéger ses droits

Haïti est un pays affecté par une extrême pauvreté et vulnérabilité. Placé au 170ème rang sur 189 de l’indice de développement humain, 70% de sa population vit sous le seuil de pauvreté (40% en extrême pauvreté). Les caractéristiques de la région (cyclones et séismes), combinées à l’accélération du réchauffement climatique, font que les catastrophes naturelles sont de plus en plus fréquentes et intenses.
La déforestation très avancée du pays favorise grandement les inondations et les glissements de terrain, particulièrement meurtriers pour les zones situées en contre-bas des collines. Ces aléas affectent Haïti dont la capacité de résilience est très faible, notamment du fait de la forte dégradation de l’environnement et de l’instabilité politique qui y règne.

Terre des Hommes Suisse agit en faveur des droits de l’enfant et soutient les écoles dans 3 domaines :

1. Renforcer les connaissances et compétences des enfants face aux risques climatiques

Pour que les enfants sachent comment réagir à l’annonce d’un aléa climatique et se mettre en sécurité, les élèves, au sein de leur école, suivent des cours pratiques, comme des exercices d’évacuation, savoir se mettre à l’abri en cas d’incendie en période de sécheresse ou lors d’une coulée de boue à cause de fortes pluies et d’inondations, ou encore en cas de propagation de maladies hydriques (80% de la population n’a pas accès à l’eau potable).

2. Rendre les enfants acteurs face aux enjeux de la dégradation de l’environnement

Chaque école comporte des clubs d’enfants sur les droits de l’enfant et sur la Gestion des Risques et Désastres. Dans leurs clubs, les enfants choisissent des thèmes en lien avec la protection de l’environnement, le développement durable et la gestion des risques. Ils animent des ateliers de sensibilisation auprès des camarades de leur école ou des écoles voisines et de la communauté. Ils agissent aussi concrètement en mettant en place des actions de nettoyage des rues et des sources d’eau, ils cultivent des potagers et développent des techniques agricoles qu’ils reproduisent chez eux dans le but de limiter les dépenses en nourriture.

3. Former et accompagner les enseignant-e-s pour une éducation contextualisée et de qualité

En collaboration avec des professionnels de la pédagogie et en gestion des risques, des enseignant-e-s ont créé des manuels scolaires sur les droits de l’enfant et sur les thèmes liés aux problématiques auxquelles sont confrontés leurs élèves dans leur quotidien. Reconnu par le ministère de l’Éducation nationale, l’objectif est de former les enseignant-e-s à des approches pédagogiques actives et d’intégrer ces thématiques dans les programmes scolaires.

Haïti en quelques chiffres

Capitale : Port-au-Prince
Superficie : 27 065 km²
Population : 11 592 279
Population rurale : 44 % (84 % en 1960)
Langues officielles : créole haïtien, français
Religions principales : christianisme (55 %), protestantisme (28 %), vaudou (90 %).
Monnaie : gourde haïtienne
Taux de chômage : 30 % (dans le domaine formel – 70 % de l’économie est informelle)
Taux de pauvreté : 70 % (extrême pauvreté : 40 %)
Taux net de fréquentation à l’école primaire : 80 % (68% pour les enfants issus de milieux défavorisés conte 92 % pour les familles les plus riches)
Taux d’alphabétisation : 15 ans et plus = 60 %
Travail des enfants : 26 % (près de 1 million dont la majorité est constituée d’enfants en situation de domesticité et des enfants de rue)
Mortalité infantile : 48
IDH (2020) : 170/189

Inscrivez-vous à notre newsletter

Restez informés de notre actualité en vous abonnant à notre newsletter