En 2018, marchez en faveur des enfants et des familles défavorisés au Pérou

Le Pérou est l’un des pays d’Amérique latine qui connaît une croissance économique rapide et élevée avec un taux de 6 % ces dix dernières années. 74 % du PIB provient de l’extraction minière et des hydrocarbures.

Le taux de pauvreté a ainsi reculé de 45 % en 2005 à 19 % en 2015, et celui de l’extrême pauvreté de 27 % à 9 %. Malgré ces chiffres encourageants, les disparités économiques entre les zones ne cessent de se creuser et les populations rurales restent en marge de la croissance du pays. Alors que Lima, la capitale, connaît un essor économique significatif depuis plusieurs années, d’autres régions comme les Andes et l’Amazonie ne bénéficient guère de ce développement.

En matière de politique de l’enfance, le Pérou a fait de nombreux progrès et investi beaucoup de fonds depuis 2013. Cependant, les enfants des régions andines, amazoniennes et en périphérie des grandes villes sont à nouveau moins bien lotis. La qualité de l’éducation scolaire et le respect des droits de l’enfant doivent encore y être améliorés.

À Madre de Dios, Terre des Homme Suisse soutient des alternatives à l’extraction aurifère et agit pour la protection des enfants.

Dans la région de Madre de Dios, en Amazonie péruvienne, les mines d’or, souvent artisanales et illégales, provoquent un désastre environnemental et humain particulièrement saisissant : près de 70’000 hectares de forêt amazonienne saccagée, empoisonnement au mercure et conditions de vie déplorables.

Plus de 50% des habitants de cette région sont pourtant originaires d’ailleurs. Ils proviennent pour la plupart de zones d’extrême pauvreté des Andes et principalementde Cusco. Attirés par le mirage de l’or, ils quittent le froid, la précarité et l’absence de perspectives, mais se retrouvent dans un environnement hostile, où les conséquences d’un orpaillage hors de tout contrôle ont des répercussions dramatiques sur les familles et les enfants.

Dans ce contexte fragile, Terre des Hommes Suisse développe une solution en soutenant la coopérative agricole Agrobosque. Créée en 2013 et située dans la région d’Inambari dans le département de Madre de Dios, cette coopérative regroupe actuellement 60 familles, et mise sur l’agriculture locale, dont la culture d’un cacao de qualité, comme alternative durable à l’extraction minière. Ce choix permet en outre d’apporter une alimentation plus saine et diversifiée à ses membres. Agrobosque a également ajouté
un volet social à ses activités agricoles. Elle appuie les communautés et les institutions éducatives locales sur des questions sociales en lien avec les droits de l’enfant et la prévention des violences.

60 familles et 450 jeunes et enfants bénéficient ainsi des actions de la coopérative. Terre des Hommes Suisse soutient Agrobosque et agit ainsi en faveur des droits de l’enfant de trois façons.

1. En offrant une alternative à l’extraction minière

Agrobosque appuie des familles dans le développement d’activités agricoles, afin qu’elles puissent progressivement abandonner leur activité minière et ne plus être tentées par l’extraction de l’or. Les familles concentrent leurs efforts dans la culture d’un cacao natif, spécifique de la région, très fin et recherché par les plus grands chocolatiers. Le cacaoyer étant un arbre fragile et n’obtenant ses premières cabosses qu’au bout de trois ans, les agriculteur-trices cultivent aussi d’autres arbres fruitiers et exploitent parfois des bassins de piscicultures leur apportant des gains économiques immédiats. Les membres de la coopérative bénéficient également de formations techniques agricoles pour obtenir de meilleures récoltes tout en respectant l’environnement. 

Pour que le cacao puisse atteindre le marché international, la coopérative devra encore augmenter de 20 le nombre de familles membres ainsi que la surface de production. Ceci demandera un investissement économique important de la part de la coopérative que Terre des Hommes Suisse souhaite pouvoir soutenir et garantir durant les années à venir.

2. En améliorant les pratiques agricoles et alimentaires des familles

Agrobosque aide également ses membres à développer des potagers familiaux avec pour objectifs de limiter les dépenses de chaque foyer pour leur alimentation quotidienne et de garantir aux enfants un accès à une nourriture variée et équilibrée.

La coopérative travaille également avec huit écoles primaires et secondaires des villages de la zone. En collaboration avec les enseignant-es, la travailleuse sociale d’Agrobosque et les élèves ont mis en place des jardins potagers scolaires. Les enfants apprennent ainsi à cultiver des légumes de la région et sont sensibilisés à l’importance de manger sainement.

En parallèle, le programme national Qualiwarma est introduit dans les écoles primaires. Il a pour but d’offrir un repas riche en nutriments à chaque enfant.

3. En protégeant les enfants et en promouvant leurs droits

L’attrait pour l’or, toujours plus fort ces dernières années, entraîne un climat de tension qui a des conséquences significatives sur les droits de l’enfant. Il n’y a pas de mineurs travaillant dans les mines d’or au Pérou, mais nombre d’entre eux se retrouvent enrôlés dans diverses activités illicites, telles que la traite et le trafic de stupéfiants*. Des jeunes filles sont notamment captées dans leurs villages andins. Elles se voient promettre un emploi de serveuse, mais une fois arrivées en Amazonie, elles sont souvent exploitées à des fins sexuelles et contraintes d’offrir leurs services aux orpailleurs.

Afin de sensibiliser enfants et parents sur les risques encourus par les plus jeunes dans la région, Agrobosque collabore étroitement avec les écoles pour prévenir la déscolarisation et identifier les enfants qui pourraient être victimes de formes de violences. Un suivi régulier avec les familles est assuré.

Ponctuellement, des journées festives sont organisées en collaboration avec les élèves et leurs enseignant-es, et en présence des parents, d’institutions en faveur de l’enfance et du gouvernement local, dans le but de promouvoir les droits de l’enfant.

Des visites de l’exposition photographique sur le thème «Droits de l’enfant en zone minière» seront organisées pour les classes du 1er au 31 octobre sur le Quai Wilson.
Inscriptions : sensibilisation@terredeshommessuisse.ch.

*Ces deux problématiques ne seront pas abordées auprès des élèves lors des animations.